Make your own free website on Tripod.com

Boréal 2000


Le congrès Boréal de science-fiction et de fantastique a eu lieu en octobre, à l'hôtel Day's Inn de Montréal. Fait étrange cette année, il n'y avait aucun risque de heurter un Klingon de 130 kilos au détour d'un couloir puisque le volet anglophone Con-Cept, avec lequel cohabitait Boréal depuis quelques années, n'a pas eu lieu.

Coïncidence? Ce fut l'un des Boréal les plus agréables auxquels j'ai participé. Non seulement y avait-il une ambiance quasi-familiale, mais j'ai aussi eu l'impression qu'il y avait plusieurs nouveaux visages.

Si ma mémoire est fidèle, je n'ai participé qu'à un seul panel cette année, mais il fut très amusant. Il fallait parler couvertures, montrer des exemples de ce qu'on trouve bon, de ce qu'on trouve mauvais, et de celles qui nous ont marqués. J'ai pu me rendre compte, notamment, que Patrick Senécal et moi avons goûté du même gruau, si je puis dire, quand nous étions petits. D'autres panels, tout au long du congrès, ont traité des pires films de science-fiction des années 1990, de l'influence de la politique en science-fiction, sans oublier un mini atelier de création où les participants devaient s'inspirer d'une image et d'un parfum.

Encore une fois, le concours de maltraitement de texte a atteint les plus hauts sommets de la rigolade, grâce à la verve des participants Yves Meynard, Jean-Louis Trudel, Patrick Senécal, Natasha Beaulieu et Sylvie Bérard.

Le fameux concours d'écriture sur place, au cours duquel les participants doivent pondre une nouvelle en une heure, a cette année couronné deux gagnantes: Élisabeth Vonarburg et Johanne Girard.

Finalement, les prix Boréal ont été décernés le dimanche après-midi. Parmi les gagnants des différentes catégories, signalons que le Boréal du meilleur livre de SF ou de fantastique est allé au Livre des chevaliers d'Yves Meynard (chez Alire) et que celui de la meilleure nouvelle est allé à Souvenirs du Saudade express d'Éric Gauthier, parue dans Solaris 131.


Commentaires de quelques participants:


Mon souvenir de Boréal 2000 ? Un gros sourire.

Je ne sais pas trop si c'est à cause des couettes en l'air, des photos sexy (hein ? Ben on allait quand même pas les montrer à tout l'monde !!!) ou des couvertures de livres inimaginables que les panélistes ont dévoilées dimanche matin, mais j'ai passé cette fin de semaine à m'amuser comme une folle. Il flottait dans l'air une contagion de bonne humeur qui faisait plaisir à voir.

Natasha BEAULIEU



Mon Boréal 2000 : rêve ou réalité?

Au début, je me suis retrouvée dans un avion, avec les heures qui s'écoulaient à rebours.

Une fois sur place, comme dans un train fantôme, j'ai vu défiler des personnages qui s'étranglaient de rire en déclamant des textes, d'autres montrant des images qui allaient du divin à l'atroce, d'autres encore (mais, peut-être, s'agissait-il des mêmes? on ne le saura jamais) arborant d'étranges coiffures et ingurgitant des sandwiches au contenu inquiétant.

À un moment donné, je crois qu'une blonde créature surgie d'anywhere m'a enchaîné les pouces et fouettée avec un mini-martinet.

L'instant d'après, je me suis retrouvée dans un autre avion, avec les heures qui se carapataient en avant toute et avec une question destinée à rester sans réponse: et si mon Boréal 2000 n'était qu'un rêve?

Serena GENTILHOMME




PHOTO 1 Les joyeux compagnons

L'élégance était de mise à ce congrès, comme en font foi les coiffures soignées des écrivains Claude Bolduc, Natasha Beaulieu, Serena Gentilhomme et Claude Mercier.

Interprétation étrusque de cette curieuse scène:

(...) Une sorte de sauvage à l'étrange coiffure surgit.

D'après les propos confus qu'il tient, Klaus comprend que c'est un Alien autrefois installé dans une constellation lointaine (Proxima?) qui, désormais, compte s'installer dans une Galaxie encore plus saugrenue, Litgen. En attendant, il est le Gourou d'une secte ìntransigeante, celle de la Couette, dont la divine créature écarlate fait aussi partie. Bref, pris entre l'enclume de la salle des panels et le marteau de la secte (beauté à la clé), Klaus opte pour la seconde et relève son abondante chevelure en une sorte de plumeau.

"Maintenant, photo souvenir!" exige l'Alien.

Klaus accepte sans rechigner ce parcours initiatique, assez bon enfant et même intéressant, puisque la créature écarlate vient l'enlacer, lui permettant même privilège des Dieux! de relever sa couette à elle, de façon à ce qu'elle soit visible sur la photo.

Les sens et les cheveux en feu, Klaus se rend compte qu'une autre personne est venue les rejoindre, qui se trouve entre la belle blonde et le farouche Alien. Mais qui est-ce? Malgré ses tortillements, Klaus ne voit qu'une couette brune en plumeau, qui pourrait être la sienne, comme celle de n'importe qui.



PHOTO 2 Par ici les belles couvertures

Bolduc exhibant deux éditions d'une de ses lectures d'adolescent, en guise d'exemple pour répondre à une question du genre : "Quelles sont les couvertures qui vous ont marqué et pourquoi ?". L'atmosphère, mesdames et messieurs, l'atmosphère.




PHOTO 3 Quoi dedans?

Quoi de mieux, pour se remettre d'un panel divertissant, qu'un bon sandwich au stuff vert?

****Traitement psychédélique des photos: Serena Gentilhomme****


BolducMania

Nouvelle inédite! Article Distinctions Bibliographie Livres Fanzines Liens Boréal 2000!
Retour à la page d'accueil