Make your own free website on Tripod.com




Là-haut sur la colline

Prix littéraire LeDroit 2007

Prenez un ado et transplantez-le dans une ville qui ne lui dit rien. Envoyez-le explorer les collines sauvages aux alentours jusqu'à ce qu'il tombe sur une maison abandonnée qui représente le havre de paix dont il rêve. Confrontez-le ensuite à l'insolite: derrière une fenêtre, à l'étage de cette maison inhabitée, délabrée et perdue au milieu de nulle part, se trouve une jeune fille. Un déclic se fait: ils se voient. Notre ado ne peut résister longtemps et finit par aller rendre visite à la belle. Et plus rien ne sera jamais pareil. La réalité le frappera de plein fouet au moment de quitter la maison.

Car ce qui attend Michel en bas, couché en partie sur la galerie et en partie en travers de l'entrée, est la vision la plus étrange et la plus angoissante de toute sa vie: lui-même. Enfin, son propre corps, inanimé, apparemment sans vie, gisant dans une posture grotesque, la tête tournée de côté, un bras replié sous son ventre, jambes écartées.

Et ce n'est qu'un début. Car après l'insolite, après l'angoisse, il y a l'épouvante…


Éditions Vents d'Ouest (Gatineau, Québec), coll. «Ado plus», 2007, 396 pages.

Illustration de couverture par Laurine Spehner





Commentaires de la critique



De son roman, le jury a retenu ses dialogues qui sonnent vrai, ses personnages étoffés et complexes, et ses descriptions réalistes et non idéalistes du monde adolescent.

Le jury du Prix littéraire LeDroit






Claude Bolduc [...] mélange avec habileté, crédibilité et justesse la réalité et le fantastique dans Là-haut sur la colline.

LeDroit, 2 et 3 février 2008
«11 finalistes aux Prix littéraires LeDroit»




Il y a du Grand Meaulnes dans le roman fantastique de Claude Bolduc intitulé Là-haut sur la colline. [...] On peut voir ce roman de manière allégorique: les bouleversements liés à la période de l'adolescence y sont dépeints avec une telle justesse que l'on peut expliquer les transformations de Michel par l'état de crise qui traverse cet âge de la vie.

Simon Roy
Lurelu





Retour à la page d'accueil
Retour à la section des couvertures